Demain j’arrête…


Je ne suis pas une femme de parole.

La preuve, j’avais dit officiellement à moi-même, ma conscience, ma dépression de chômeuse à durée indéterminée et à mon compte an banque anorexique, que si je n’avais pas signé de contrat en relation avec mon « domaine de compétence », je tirais définitivement un trait sur ma troisième vie et disais donc adieu à l’humanitaire et à l’anthropologie sociale en générale, aux « VS » (keskece ? ha ha ha…… petit jedi, laisse monter la Force en toi et si tu arrives à faire ribouldinguer mon frigo sur ton auriculaire je te le dirais) et au Congo en particulier, et me mettais activement à bosser sur la préparation de la prochaine session de la Foire aux bestiaux, histoire de possiblement y gagner un prix la prochaine fois, au lieu d’y aller en touriste comme le mois dernier (ouiiiiiiiiiii,  deux fois déjà que je parle de ce fantastique concours sans que quiconque ne puisse y comprendre que goutte, mais je fais ce que je veux d’abord, c’est mon blog ici).

 

Or, Quoique la délicieuse RH de New York ne m’ait pas officiellement signifié mon échec cuisant après mon entretien d’embauche téléphonique pataquesique (ouais, même que : de pataques+ ique en suffixe parce que c’est mon suffixe préféré, et toc.), on peut considérer que non, je n’ai pas réussi, quelle surprise, à choper un taf, « vrai » ou non d’ailleurs, avant le début du mois d’Octobre.

 

Ai-je alors commencé à bosser d’arrache-pied sur  le complexe hydrographique français/le règne de Louis XIV/les équations à 2 inconnues/la linguistique discursive/la pression atmosphérique/les mines de charbon de l’hexagone/les indices en algèbre/l’importance de la transversalité dans la pédagogie en cycle1/la peinture pariétale et consorts ?

 

Que nenni.

 

Bon. Ce n’est pas bien mademoiselle (bin si je suis toujours demoiselle malgré mon âge -qu’un indice astucieusement placé dans ce texte digne de la Plëiade vous indiquera à quelques années près- et mes maternelles vergetures au bide, puisque le Barbu est très mal à l’aise avec le mariage, qu’il dit).

Oui je sais.

Pouvons-nous espérer que vous avez au moins cessé de vous intéresser à ces très glauques affaires sur lesquelles vous affirmez travailler depuis des années ?

………..

Bin non.

J’y arrive pas.

Je n’arrive pas à arrêter.


– Je n’ai pas jeté ma conséquente bibliothèque de travail (plus de 200 titres. Oui, quand même).

– quand j’ai reçu un mail m’informant de la tenue d’un colloque à l’unesco sur les VS de guerre, bin je m’y suis inscrite, même si plus du tiers des pontes qui y interviendront appartiennent à la catégorie honnie parmi toutes de ceux-ki-se-donnent-même-pas-la-peine-de-répondre……

 

– Je continue à faire grossir ma fantastique base de données sur la RDC en bossant chaque jour sur mes alertes google.

 

Keskece RDC?????

R. comme

a) Ragondin

b) République

c) Rougeole

d) Rhabdophilie

D. comme

a) Démocratique

b) Dindon

c) Dyphtérie

d) Dendrophilie

et C. comme

a) Chaussettes rouges et jaunes à petits pois

b) Choréophilie

c) Congo

d) Cystite

Veuillez rayer les mentions inutiles et vous pourrez aller vous acheter un Carambar.

 

 

 

Et me serais-je arrêtée, que jamais je n’aurais dit non à la dernière proposition-non rémunérée œuf corse- que l’on m’a faite.

Inconnue/u, toi qui as peut être parcouru l’ensemble des quelques billets pondus ici, tu sais que j’ai, à ma totale insatisfaction financière, eu l’insigne honneur de réussir à faire publier plusieurs articles universitaires. (voir la gloire mais pas la thune »).

Tu sais aussi, si tu l’as lu attentivement, que j’avais dit « on ne m’y reprendra plus jamais parce que marre, bordel à cul de rousticotte ».

Et voilà-t-y pas que je reçois avant-hier un mail de la rédaction de la première revue au sein de laquelle j’ai publié, (ouais, celle-là même où, pour le second article, on a pas même daigné m’envoyer un exemplaire papier.)

Mail où l’on me demande, vus les « fantastiques retours que mon article a provoqué » et mon « expertise indéniable en la matière », de bien vouloir rédiger une note de lecture sur la dernière merde journalistique le plaidoyer fantastique bénéficiant d’une campagne de comm’ très réussie sur mon « domaine d’expertise », les fameuses VS*…

*VS= ???? Bon, Inconnue/u, puisque tu viens ici mais ne laisse pas de commentaire -LA came ultime de tout/e blogueur/se , je te propose un truc : celui ou celle qui réussira à deviner ce que signifient ces deux lettres aura droit non seulement à toute ma considération, mais à un billet chantant ses louanges, genre hagiographie dithyrambique –si l’Inconnu/u en question accepte de me confier quelques détails significatifs sur sa petite personne. Ouaiiiiiiiiiiiiiiiis. Même qu’après il ou elle aura envie de l’imprimer et de le faire encadrer 😉

 

Reprenons –oui aujourd’hui je digresse à fond les ballons-. Faire une « note de lecture », ça veut dire lire le bouquin en entier bien sûr, et en faire un résumé+analyse+critique en à peu près 5 pages en typo 12, le tout en un mois.

Alors là in petto je me dis:

1)      Je vais pouvoir lire un bouquin –et le garder j’espère, vu que j’annote énormément quand je lis du « sérieux »- sans avoir eu à le payer.

 

2)      Whouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaou : je suis –encore une fois catapulté « experte » (ça me laisse toujours putain de songeuse et me fais m’interroger à donf sur la réalité des compétences de la pléthore d’experts, vous savez, la chienlit qui « évalue » et « détermine » les actions des autres un peu partout….), et même si tout bin je me sens moins merdeuse le temps de… Bin au moins un certain temps, à défaut d’un temps certain.

 

3)      Je vais enfin avoir l’occasion de dire et d’écrire, en étant sûr d’être lue qui plus est, tout le mal le bien que je pense de ce qui se dit sur la question des VS au Congo.

 

MAIS

 

4)      C’est encore un boulot qui va me demander des dizaines d’heures, ce

 

5)      Sans recevoir un kopeck.

 

CONCLUSION: je voudrais bien être moins, voire plus du tout experte, mais un peu plus, voire beaucoup plus, payée.

Alors, oui, je le dis:

 

C’est la dernière fois.

Promis.

Demain j’arrête.

 

Demain je me regarderai dans le miroir (bouh la vilaine !) et je dirai :

« tout travail mérite salaire,

par conséquent je ne travaillerai plus que contre rémunération.

Tout V.H mérite salaire et reconnaissance

et l’une n’ira plus sans l’autre.

Tout espoir d’y arriver est vain,

je laisse donc tomber et passe à autre chose.

Toute angoisse à l’idée de trouver ce que peut bien être cette autre chose est saugrenue,

et comme je suis exceptionnelle comme fille je vais trouver cette chose.

Et réciproquement. »

 

Publicités

9 Réponses to “Demain j’arrête…”

  1. Arcamenel Says:

    Je vais donc renoncer à mon habitude de lire les blogs en ninja et me fendre d’un commentaire.
    Je me suis reconnue dans ce que tu écris. Oui les études en sciences humaines sont passionnantes et mènent au chômage. Garde la pêche comme dirait Booba, tu y arriveras! Continue d’écrire, continue de me faire rire, réfléchir et me donner les larmes aux yeux
    Et à bientôt au prochain billet. =)

    • Bin tu vois, déjà, savoir que mes chougnasseries font rire, réfléchir et donner les larmes aux yeux à quelqu’un, ça me la donne, la pêche!!

      Bienvenue donc Arcamenel 🙂

      et N.B: oui les études en sc.humaines mènent au chômage, mais pas partout dans le monde: ce n’est pas le cas dans les pays anglo-saxons (si si.)
      Bon en même temps hein, faut 1) avoir envie 2) pouvoir (ce qui n’est pas mon cas) se barrer en angleterre, au canada ou aux Etats unis (ou en scandinavie)

  2. C’est pas que j’ai envie d’un super hommage à MÔA, mais je suis scrogneugneu et grummmmmbleuuuuuu sur VS. VS, contre? appliqué à la RDC,heu..non. Débile ou incomplet. J’abandonne. …Bon , voyons, VS vitesse de sédimentation…appliquée à la RDC..études sur le VIH? Mais, mais…je ne suis pas suffisament spécialiste pour dire oui ou non. La volonté (les?) sanitaire (s) et plus largement les politiques sanitaires, leurs carences, les politiques et soutiens des institutions internationales, leurs fonds divers et variés, les asso et bases vies ? je tire sur les cheveux..
    Voyons voyons..Un rapport avec les exploitations minières (diam’s quoi) locales? le manque d’hygiène dans certains quartiers de Kin (bon, on trouve les mêmes carences dans d’autres pays de la zone)? la sécurité? Les luttes intestines locales? VS ..Violences sociales? si oui, je suis curieuse de lire vos travaux. Si non, je suis curieuse quand même, et ..Un indiceeeeeeeeeeeee sioux plait. J’aime pôs ne pas savoir…

    • Ah ahhhhhhhhhhhhh…. Tu n’es pas très loin et j’ai aussi bossé sur certains des sujets que tu listes (le VIH par exemple, les réseaux associatifs)…

      Mais quand même: vitesse de sédimentation ? ^^
      Donc:

      V comme violences, oui, mais pas S comme sociale (quoiqu’elles le soient également, « sociales », évidement)…. C’est plus ciblé.
      Et c’est un sujet largement « couvert » par la presse internationale depuis plusieurs années.

  3. J’ai trouvé!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    violences sexuelles faites aux femmes sur le territoire de la rdc (et ailleurs, hein…je veux pas généraliser, mais quand même, ). La problématique est terrifiante et le manque d’implication des dirigeants locaux et l’impunité hallucinante des milis et autre salopards du même genres (baroudeurs et coupeurs de routes pillards de merde.)
    J’ai, durant mes études, survolé le problème, mais pas au niveau de la RDC, plus au niveau de l’ecomog et de sa magnifique prestation en Sierra léone ..vi.
    Eh???? J’ai bon?

    • Ouaip, tu as trouvé. Tu as bon et tout et tout…..

      Et si, tu peux -largement- généraliser, quoique la « donne » congolaise soit en effet quelque peu différente de laz situation française, par exemple.

      Ahhhhhhhhhhh, l’ecomog…..

      Mais, au risque d’être über pas tendance, je ne me ruerai pas pour défoncer l’honorabilité (lhonora-quoi? lol) des blues brothers et autres simili-représentants de la communauté internationale, pro-occidentale ou panafricaine. Certes, « ils » sont des gros cons vendus aux intérêts privés, certes ils font beaucoup de caca et parfois pire encore, mais, soyons clairs, c’est fantastique qu’ils soient là, et il est d’ailleurs super rigolo de constater que ceux qui les vilipendent sont les premiers à leur reprocher de ne pas faire assez (le wonder syndrôme « tu-es-là-tu-es-un-vilain-colonisateur-mais-si-tu-ne-viens-pas-me-torcher-le-cul/me-donner-des-milliards-tu-es-un-salop-sans-cœur-égoïste)

      Bon, bah maintenant va falloir que j’épluche ton blog pour te faire un Hommmmmmmmmmmmmmmmmmmmmage ici 😉

  4. heu..quant à la couverture du sujet.bof. Comme lu dans un précédent billet, il faut s’y coller et surtout ouvrir les œillères. Pas donné à tout le monde somme toute.

    • Oui, certes.
      Mais non, quand même: arte, TF1, Elle (!!), Closer (si si), le nouvel obs, l’express, tout le monde, toute la presse et surtout une grosse majorité de la diaspora congolaise en France, n’aborde les conflits des Grands Lacs QUE sous l’angle des violences sexuelles. Et cela pose de gros problèmes, que je me bats, enfin, me battais, enfin, espérais réussir un jour à (rhhhhhhhhhhhho, voilà encore que je n’arrive pas à tourner la page hein…. ) faire reconnaître, dont celui de la dépolitisation du problème, (et donc de l’infantilisation des congolais et congolaises, facette ô combien habituelle du racisme méprisant envers le continent africain) du dédouanement des responsabilités, internationales, régionales et congolaises, et, surtout, du grand n’importe quoi pour « traiter » le problème, avec un effet de surenchère évident dans les exactions….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :