Semaine d’HP


Inconnu/e cher à mon cœur….

C’est zarbi non la vie ?

Normalement, je devrais n’avoir envie que de vous parler de mes sublimes bonds en avant professionnels, (de mes deux contrats, ah non c’est vrai il n’y a pas de contrats puisque chaque « mission », chaque vacation quoi, même si le statut ne sera pas celui de vacataire, nécessite un autre contrat).

Mais en fait franchement pas.

Ma putain de semaine-d’il-y-a-3-semaines a été saturée d’HP* et voilà, tant pis, j’ai du mal à sortir de ça.

Comme j’ai du mal à ne plus lire d’anthropologie, je ne parviens pas à évacuer l’H.P de ma life, non plus que de mes réactions primaires.

Hein, quoi ?

Pfff, vous suivez rien les crouquougnous ! H.P = Humanitaire Professionnel. Bon. Donc:

Après que, suite à une nouvelle utilisation de mon travail sur un blog humanitaire très suivi, j’ai enfin osé contacter l’ONG qui tient le dit blog pour évoquer le … euh… l’étonnement que j’ai de voir que tout le monde utilise et même parfois suit mes recommandations mais que personne ne m’engage jamais, on m’avait répondue.

On s’était excusé même. On m’avait proposé un rendez-vous.

Vous m’aviez pour nombre d’entre vous chaleureusement félicitée et souhaitée tout plein de trucs totalement irréalistes pour la suite de cette affaire.

Bien sûr, comme je le pensais et le savais d’avance, cela n’a abouti à aucune sorte d’espoir de rémunération/boulot futur.

Mais, encore une fois quand il s’agit d’H.P, on m’a considérée, parlée comme à une professionnelle.

Mais on m’a proposée –et bien sur je vais le faire, comme toujours- de publier à mon tour dans ce fameux blog et d’exposer pourquoi je trouve que les anthropologues devraient être engagés et considérés comme une valeur ajoutée dans les programmes d’H.P.

La veille de ce rendez-vous ultra productif pragmatiquement parlant, j’ai eu au téléphone l’équipe de l’ONG qui m’a succédée par le biais de mon Barbu en goguette professionnelle à Kinshasa. Et…

Ça ne change rien, Ça ne me donne pas de boulot.

Mais entendre, et surtout savoir, réaliser, que le travail que l’on a fait a changé les choses….

Qu’il y a pour de vrai un avant et un après soi.

Que…

Ouais, désolée aujourd’hui je suis peu ressemblante à moi-même dans mes posts, mais, vous savez quoi ? Me dire que moi, Vcomme…, j’ai vraiment permis que la vie des plusieurs personnes, et là on parle de centaines voire de milliers de personnes, soit moins pourrie, que des victimes de viols aient enfin accès à de l’aide, que les interventions en la matière soient un peu moins connes et un peu plus utiles…

Bah entre les deux, entre  ce coup de téléphone de l’autre bout du monde et mon déjeuner parisien, j’ai réalisé que, oui, c’est ça,

c’est ça que je suis.

Professionnellement. Je joue un rôle là-dedans.

Là, dans ce secteur, dans ce champ du monde, je suis utile.

Je suis compétente.

J’en suis fière. En fait, j’en ai le droit.

Et quand je fais ça, quand je travaille pour ça, quand je réfléchis sur ça : je prends mon pied.

Alors bon, voilà, je ne sais pas combien de temps cela va prendre ni même si je vais réussir à gagner ma guerre insurrectionnelle (tiens, je ferais bien un beau schéma sur la question…) personnelle contre les absconseries (je continuerai jusqu’à la mort à pondre des barbarismes et je proute celles et ceux que ça défrise) du marché du travail dans l’humanitaire et ce que j’appellerai plus vastement l’anthropologie appliquée, je mènerai les batailles collatérales des tafs alimentaires, mais, oui, j’arrête le reste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :