Il était une fois. (une autre aventure de Bad karma Girl dans la Jungle du Travail)


 

Aujourd’hui cher/ère Inconnu/e, comme je l’avais annoncé la dernière fois, je m’en vais te raconter une histoire magique, toute pleine de rebondissements, et si pleine de n’importe quoi que si tu le lisais dans un roman tu dirais que l’auteur en rajoute un peu beaucoup et que quand même, c’est un peu too much.

Yep, car plus fort que Saint Yorre, après avoir été rejetée comme bénévole parce que je ne travaillais pas, entre deux contrats signés et finalement annulés, avant d’avoir bossé deux mois sans être payée, moi WonderCDI* ai en effet vécu une chouette aventure dont les différents chapitres ont un côté marseillais mais sans la faconde qui va avec.

huhuhuhuh

Chapitre 1 : Echauffement (Où Bad Karma Girl construit bénévolement ce qu’elle croit être son futur poste)

huhuhuhu

Yeeeeeeeeeeeeeah, faut qu' j'me chauffe, va ya avori du sport, j'vais bosseeeeeeeeeeeeeeeer qu'il disait....

Yeeeeeeeeeeeeeah, faut qu’ j’me chauffe, va y’avoir du sport, j’vais bosseeeeeeeeeeeeeeeer qu’il disait….

huuhuhuhu

Il était une fois un Pays Fort Fort Lointain où des horreurs diverses et variées permettaient à tout un tas de Preux Chevaliers de faire semblant de Sauver le Monde avec la meilleure foi du monde.

Une de ces fières Confréries toute couturée d’or décida suite à un coup de pied dans le cul donné par leurs Mécènes d’ajouter une nouvelle Quête à leurs Bonnes Actions : cette fois-ci, il s’agissait de sauver la Veuve et la Pucelle, et surtout, de comprendre pourquoi la Bonne Parole sur ce sujet épineux passait si difficilement en ce Pays Fort Fort Lointain, et par conséquent d’avoir une idée ou deux qui permettraient de convertir comme il se doit les Vilains du coin.

La Confrérie engagea un Chevalier pour décider comment-pourquoi-en-combien-de-temps-et-pour-combien-d’argent la Confrérie allait bien pouvoir satisfaire leurs Mécènes.

Le hic était que le Chevalier en question, s’il savait très bien manier l’épée à deux mains et défendre à corps et à cris la Code d’Honneur des Chevaliers, n’avait pas le début du commencement de la moindre idée de savoir comment faire passer la Bonne Parole en matière de Pucelles. D’ailleurs, il n’était pas bien sur et certain de savoir ce que pouvait bien être une Pucelle.

Le Chevalier, désespéré, vidait force chopines dans une taverne loin du Château de la Confrérie quand un de ses mentors passa par là. Le mentor rassura le Chevalier et lui refila sous le manteau l’adresse d’une scribe de ses connaissances, dont les enluminures au sujet des Veuves et Pucelles faisaient grand bruit dans le Pays Fort Fort Lointain en cette époque lointaine.

Le Chevalier envoya un faucon apprivoisé visiter la Scribe.

Cette indécrotable nigaude, enchantée d’avoir à nouveau à affuter sa plume d’oie, échangea moult et moult parchemins avec le Chevalier, allant jusqu’à organiser dans son entier toute l’enquête de la nouvelle Quête de la Confrérie, recevant le Chevalier dans son humble chaumière pour peaufiner et finaliser la planification de la Quête.

Après deux mois d’échanges officieux, le Chevalier était prêt à soumettre sa proposition de Quête aux Mécènes de la Confrérie. Il quitta la Scribe en l’assurant que ce serait bien elle, une fois les tonneaux d’écus récupérés auprès des Mécènes, qui assurerait l’enquête, l’analyse et les propositions d’action subséquentes lors de du lancement de la Quête.

Chapitre 2 : Premier tour de piste (où Bad Karma Girl décide d’arrêter de bosser sans recevoir un kopeck)

Un an s’écoule sans que rien de nouveau ne se passe dans le Pays Fort Fort Lointain : la Quête semblait avoir été jetée aux orties et la Confrérie ne semblait plus se préoccuper que de ses joutes habituelles.

huhuhuh

attente éneervée que quelque chose se passe

huhuhuhuhu

Entre temps, le Chevalier avait changé de suzerain et avait juré allégeance auprès d’une autre confrérie. La Confrérie avait alors, bien forcée de mener cette satanée Quête, couronné un autre Chevalier pour la diriger.

Ce second Chevalier, tout aussi brillant en chevalerie que le précédent, semblait tout aussi perdu en ce qui concernait les interactions avec les Vilains et guère plus rassuré dès lors qu’on parlait de Veuve ou de Pucelle.

Chevalier bis contacta alors la Scribe.

« Dîtes-moi je vous prie, quelle sorte de Vilains devons-nous recruter et comment devons-nous les initier. »

La première fois, la Scribe se dit qu’il s’agissait d’une reprise de contact, que celle-ci était le prélude logique à l’officialisation de sa collaboration avec la Confrérie.

La seconde fois, la Scribe commença à penser que cela commençait à bien faire.

La troisième fois, la Scribe expliqua poliment à Chevalier bis que ses encres ni ses plumes n’étaient gratuites et qu’ayant d’autres parchemins à gratter, elle ne pourrait plus répondre aux interrogations de Chevalier bis ni à quiconque d’autre de la Confrérie sans participer directement à la Quête et sans recevoir quelques écus en échange, et qu’elle resterait par conséquent silencieuse tant que l’Assemblée de la Quête n’engagerait pas de scribe.

uhuhuuh

Chapitre 3 : Tendinite subite (où Bad Karma Girl prend un mur)

Huhuhuhuhu

La Scribe passa bien six mois à scruter quotidiennement le placardage public de la Confrérie, mais aucun appel à scribe n’apparaissait.

Quand la Confrérie décida enfin, ses Mécènes haussant un peu la voix, de faire appel à un scribe, ce fut durant la seule et unique semaine de l’année où la Scribe ne consulta pas les panneaux d’affichage (pas de bol quand même hein).

Aucun représentant de la Confrérie ne contacta la Scribe. Pas même Chevalier bis. En une semaine une autre scribe fut trouvée et engagée.

huhuhuhuh

Oui, ça s'appelle un plantage.

Oui, ça s’appelle un plantage.

huuuuhuh

Le conte est-il ici fini ?

Nenni ma bonne dame…..

hjvjvjvjvvj

Chapitre 4 :  100 mètres haies (où Bad Karma Girl se dit que finalement elle n’est pas un cafard anemié du bulbe)

****

Un an passa, durant lequel la Quête fut menée (tout comme le restant des exploits de la Confrérie (c’est-à-dire avec…. Comment dire, beaucoup de nonchalance et de jets d’écus sonnants et trébuchants par des fenêtres mystérieuses), et où la Scribe bis, celle qui avait été  engagée, fit, elle, pleinement son travail.

Arriva la fin des diverses Quêtes de la Confrérie : pour conclure en beauté, la Confrérie organisa un certain nombre de joutes et tournois.

C’est là que la Scribe, qui avait depuis longtemps fait son deuil de ce conte de fée raté, fut à nouveau contactée…. Cette fois par la Scribe bis : on lui demandait de venir participer à l’une des joutes en l’éclairant des ses lumières d’experte es-pucelles.

Ô joie, ô allégresse, la Scribe acquiesça avec empressement : 3 jours de joute, cela ne se refuse pas, surtout quand on vous caresse l’égo à la truelle.

La Scribe accepta donc avec des étoiles dans les yeux.

plplplpp

Oui oui OUIIIIIIIIIIIIIIIII, c'est Moi qu'ils veulent c'est moi qu'ils veulent c'est pas toi heuhhhhhhhhhhhhh.. On s'enflamme d'un rien quand on est CDI*

Oui oui OUIIIIIIIIIIIIIIIII, c’est Moi qu’ils veulent c’est moi qu’ils veulent c’est pas toi heuhhhhhhhhhhhhh.. On s’enflamme d’un rien quand on est CDI*

kpokoppkpkp

La Confrérie lui expliqua que pour des raisons de comptabilité, c’était à elle, la petite Scribe, d’avancer les frais de passage et d’oiseau volant pour se rendre au Pays Fort Fort Lointain et participer à la Joute. Bien sûr, ceci lui serait remboursé…

Conciliante, la Scribe vînt donc mendier auprès de sa famille : sa bourse était loin d’être assez remplie pour pouvoir avancer plus de 1700 écus comme ça.

Arrivée sur place, la Scribe découvrit avec effarement que la situation était juste totalement bordélique, pour parler poliment : plusieurs chevaliers, palefreniers et autres scribes se retrouvaient sans logement, les sommes allouées pour pouvoir manger sur place n’étaient pas prêtes et ne le seraient pas avant la veille de la fin de la joute, pour laquelle par ailleurs aucun scribe n’avait encore prêté allégeance en paraphant un quelconque parchemin-contrat.

Last but not least, le Roi de la Confrérie avait été rappelé urgemment auprès des Mécènes pour enquête suite à la quantité vraiment par trop importante d’écus disparus par les fenêtres et un nombre impressionnant d’étapes des diverses Quêtes non accomplies.

ifififgig

la Confrérie, ça avait ça la bonhommie en moins....

la Confrérie, ça avait un peu de ça la bonhommie en moins….

iugigig

Bref, ça daubait bien comme il faut.

Mais la Scribe, aimant beaucoup sa tâche, appréciant de repasser par ce Pays Fort Fort Lointain qu’elle aime tant, jouissant de la découverte d’autres scribes avec qui elle enchaîna des discussions passionnantes durant lesquelles elle avait l’impression de sentir ses neurones danser la samba, mit toute son énergie à accomplir sa tâche durant la Joute, dont elle profita passionnément.

Les autres scribes n’étaient pas aussi inquiets qu’elle : après tout, c’était leurs monastères qui avaient avancé les frais, et leur habitudes monacales ne les avaient pas enclins à se soucier d’autre chose que de leurs enluminures.

La Scribe, elle, commençait à avoir un certain sixième sens pour voir venir l’arnaque (la force de l’expérience sans doute), aussi elle insista pour que tout le monde signe le fameux contrat parchemin et récupère les écus promis avant que de reprendre la calèche du départ . Cela n’était visiblement prévu et retarda donc le départ de 3 heures….

La calèche s’avéra trop occupée pour s’occuper de la Scribe un fois arrivée dans la cité des oiseaux volants. Seule à en prendre un ce jour, la Scribe se retrouva ainsi toute seule sans aucun écu susceptible d’être échangé contre denrée ou service quelconque puisque la cité en question se trouvait dans un autre pays que le Pays Fort Fort Lointain. Pas un fifrelin et ce  avec 8 heures à passer avant que de monter sur l’oiseau volant, ce qui n’était pas plus mal car la Scribe avait été larguée gros jean comme devant fort loin du nid des oiseaux volants.

Heureusement, la Scribe parvînt à s’incruster avec des membres de l’Inquisition des Mécènes, venus au Pays Fort Fort Lointain pour vérifier la qualité du travail d’une des Quêtes de la Confrérie.

 Elle réussit donc prendre son oiseau volant et rentrer chez elle.

 hohoho

Chapitre 5 : médaille en chocolat (où Bad Karma Girl se fâche un peu un peu-mais pas assez en fait-)

iigiogo

C’est là que les atteignants s’atteignirent, si je peux m’exprimer ainsi : le lendemain du retour à ses pénates, la Scribe se rendit chez un Changeur pour pouvoir profiter de ses écus durement gagnés. Et là…. Il s’avéra que sur les trois billets de 100 reçus, deux étaient … faux.

uguigi

Plus jolis que mes écus américains mais pas moins faux....

Plus jolis que mes écus américains mais pas moins faux….

uyuu

La Scribe contacta donc la Trésorière de la Confrérie, pour expliquer la chose d’une part, et pour demander le remboursement de ses oiseaux volants d’autre part.

La Trésorière lui répondit…. Qu’elle avait « autre chose à faire et que la Scribe n’était pas le centre du monde » (sic).

La Scribe affuta alors avec soin sa plus belle plume d’oie et annonça que si elle ne recevait pas dans les 2 jours le remboursement de son équipée vers le Pays Fort Fort Lointain, elle déposerait plainte nominativement contre la Trésorière auprès des autorités régnant au pays des Mécènes.

digidg

Y'a un moment, faut plus pousser mamie dans les orties. Toi-même tu sais.

Y’a un moment, faut plus pousser mamie dans les orties. Toi-même tu sais.

doihodhoho

Etonnament, la Trésorière trouva subitement le temps de faire son travail et la Scribe reçut effectivement son remboursement dans les deux jours.

Par contre, jamais la Scribe ne récupéra les deux tiers de son salaire …

hohohoho

# The End#

 ihohoh

Belle histoire n’est-il pas ?

Construire un poste gratuitement pour le voir donner à quelqu’un d’autre, se faire contacter 3 fois par la même organisation sans jamais se faire engager, pour se faire rappeler au final « en temps qu’experte » pour participer à un colloque, pour lequel devoir s’endetter pour recevoir un salaire payé en faux billets.

Uohohoho

On peut dire qu'il y a un de ça oui...

Un bon résumé de l’histoire, isn’t it?

uhgiugiugi

…..

Ouais, ça arrive.

Ça m’arrive en tous cas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :