Florence (Bloubiboulga de Couleurs de Sentiments 5)


Les expériences qui passent ne m’ont toujours pas donné le truc pour le vivre à la cool et me démêler de l’imbroglio relationnel qui va avec.

Après Djibéou, Floribert, Annie et Monsieur Philippe, la preuve avec

 

Florence

 

République Démocratique du Congo. Kinshasa.

***
J’ai 32 ans. Je travaille pour une ONG internationale avec le Barbu, mon bureau est ma maison et ma maison mon bureau, ceci comprenant évidemment le gnome (c’est déjà pas forcément top en général, mais c’est juste NO WAY quand tu es HP* pour tout un tas de raisons).

***
Ce qui signifie que Florence, une jeune maman de quelques années de moins que moi, fait le ménage ++++ : pas seulement celui de la maison d’habitation et la lessive des 3 ou 4 ou 5 expatriés qui y habitent mais aussi le ménage des 4 bureaux de la mission. (Avant notre arrivée, elle faisait également la cuisine des expatriés, après seulement le déjeuner du personnel congolais pour la pause de midi quand la cagnotte était pleine.)

***
Rapidement, je m’aperçus que l’équipe congolaise parlait à Florence comme de la merde (genre le comptable qui jette à terre devant elle son assiette sale –véridique-).

*!*!*!*

lunettes retirées wtf

Il a fait quoi là Dugland à Florence?

!*!*!*

Rien de mieux qu’un borsalino et un regard de tueur  qu’une ou deux phrases bien senties pour que plus personne n’oublie son prénom ni de s’exprimer dans les formes avec elle.

****

Du coup, Florence m’aimait bien. Moi aussi.

*****
Florence, c’est la seule de toutes les « domestiques » que j’ai « eues » avec qui j’ai partagé, je crois, une relation normale, sans peur, foutage de gueule, mécompréhension ni gêne d’un côté comme de l’autre.

*****
C’est-à-dire ?
Je lui demandais un travail précis, n’hésitant pas à exprimer mon mécontentement quand il n’était pas fait (2 ou 3 fois au début et ralass), ce n’était pas mon amie ni ma pote et je ne me sentais obligée de rien envers elle, mais nous nous parlions, poliment, respectueusement, amicalement même (comment ça je me contredis ? Bin en fait non, avoir une discussion amicale avec quelqu’un qu’on voit tous les jours, c’est juste normal, ce n’est pas être copain/copine). Si elle avait un problème par rapport au taf elle me le disait, moi idem, et tout allait bien.

******

Unique dans ma série perso. (no prise de tête, no culpabilité, no rien du tout.)

*****

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :