Archive pour Roms

Carmen

Posted in Act up!, Hors case with tags , , , , , on 25 août 2010 by violemmenthumaine

Aujourd’hui je ne vais pas parler de moi dis donc!

Aujourd’hui, et parce que je suis allée me faire du mal en visitant les sites d’info sur le net, où je constate que nombreuses sont les personnes à trouver que franchement c’est super bien mais pas encore assez ce que fait notre charmant Président,

Aujourd’hui donc, je vais juste vous parler de Carmen.

Carmen est une femme.

Celle qui fait la manche depuis des années dans mon quartier. Devant le Leader Price d’abord. Puis, quand elle s’en est fait virée par la patron qui a quand même direct appelé les flics hein, devant la poste.

Pour tout le monde, Carmen est « rom » alors que non, elle est juste roumaine.

Elle a disparu de devant la poste depuis une semaine, et je suis un peu inquiète voyez-vous….

Alors je voudrais juste lui rendre hommage, en espérant qu’un Inconnu ou deux viendra lire ce post et pensera un peu à elle, et réfléchira un peu, aussi, à ce qui se passe ici chez nous, en ce moment, sans que nous ne bougions plus que notre indignation dans le meilleur des cas.

En Roumanie, Carmen était la fille d’un couple de fermiers qui cultivaient quelques hectares de pomme de terre.

Elle venait de se fiancer avec un jeune homme et d’accoucher d’une petite fille de celui-ci quand, il y a environ 7 ans, des inondations ravagèrent sa région. Les murs de la maison familiale s’écroulèrent sous les coulées de boues, entrainant la mort de ses parents ainsi que celle de ses deux frères.

Sa terre et les pommes de terre qui allaient avec pourrissaient sous la flotte. Aucune aide, gouvernementale ou internationale. Pas d’assurance parce que globalement ça n’existe pas en milieu rural. là bas Plus de famille, plus de maison, plus rien. Son seul moyen de revenu tranformé en gadoue.

Son fiancé tombe alors sur une occasion-en-or-qu’il-faudrait-être-fou-pour-demander-plus : une touriste française rencontrée sur le marché leur propose de venir chez elle et de bosser pour elle!!!! Youpie vl’là l’dindon, Carmen écoute son mec et, après avoir reçu son visa sur son passeport tout neuf (eh oui, la Roumanie n’a adhéré à l’Europe et a intégré l’espace Schengen, mais seulement en 2007), acheté avec la moitié de ses économies, elle rejoint son fiancé, parti sans l’avoir attendue, avec son bébé.

La femme française n’a finalement pas donné de boulot à Carmen, quelle surprise. Par contre elle en a bien donné un à son mec, qui en a profité dans les mois qui suivirent pour se la taper et aller habiter avec elle.

Carmen est donc en France, seule avec sa petite fille d’un peu plus d’un an. Elle n’a plus un radis et son visa arrive à expiration.

Elle ne sait qu’une seule chose, travailler la terre. Elle parle à peine le français.

Elle fut acceuillie par ceux-là même que sa famille pointait du doigt comme des voleurs de poules, les roms, les vrais. Ele a beau être un gadjo, ils l’acceuillent. Ils lui construisent une cabane en bois, avec une fenêtre et une porte qui ferme, pour elle et sa fille.

C’est là que Carmen commence à faire la manche.

C’est à ce moment que je la rencontre. En moins d’un an elle parle français, sans faute de grammaire et avec un vocabulaire qui dépassé largement celui des ados-sms. Elle écoute mes conseils et se rend à la mission de Mé decins du Monde pour faire vacciner sa fille, elle commence à s’imaginer un ou deux projets….

mais elle est inquiète, parce que sa fille reste au camp la journée. Et puis je ne sais pas ce qu’il se passe, elle disparaît dix jours.

Quand je la revois, elle est dans la peur,  la plus totale. Elle passe son temps à me répéter qu’elle ‘est sans papiers et qu’ils vont la remettre en prison, puis l’envoyer en Roumanie, et qu’elle ne sait pas si elle pourra récupérer sa fille ». Je lui explique qu’elle n’est plus « sans papier » puisque la Roumanie est maintenant intégrée à la CEE, et que donc sa présence sur le territoire français ne nécessite plus de visa. Elle ne me croit pas, parce que les policiers lui ont dit plusieurs fois le contraire.

Le père prodigue réapparaît, et annonce qu’il se repend d’avoir abandonné sa fille. Largué par la française, il veut retourner au pays continuer son boulot de couvreur, et y emmener sa fille pour qu’elle puisse aller à l’école.

Et là, manque de bol, les agents de la force publique interviennent (à nouveau?) . C’est le 22 février dernier.

La colline arborée de Chilly Mazarin où Carmen et ses 4 comparses vivent dans des bicoques en bois est un terrain qui ne leur appartient pas, évidemment. Je ne sais pas s’il s’agit d’un terrain privé ou d’un terrain communal, mais on s’en fout, non? Je sais par contre qu’il est tanké en pleine zone industrielle et que leur présence ou absence ne dérange rien ni personne.

Les flics arrivent et expulsent les vilains squatteurs.

Jusque là, on reste dans le Droit. Mais visiblement ça ne suffit pas aux Schtroumpfs, alors ils détruisent systématiquement le camp: ils brûlent les habits, la bouffe, tout. Tout disparaît sous un bidon d’essence!!!!

Le tout devant des journalistes qui filment et photographient le tout, sans intervenir bien sûr, mais aussi sans rien dire aux personnes qui voient toutes leurs possessions partir en fumée, même pas un petit conseil leur indiquant où ils peuvent trouver un gîte pour la nuit, espérer trouver une couverture ou deux, rien, que dalle… Juste la date de publication de leur reportage, mais -rigolo non- sans donner le nom du journal ou de la chaîne pour laquelle ils bossent. Double exemple d’éthique moi je dis, franchement bravo…..

En plein mois de Février donc, 5 personnes qui ne faisaient de mal à personne se retrouvent sans maison, sans habits, sans rien.

Carmen a disparu pendant un mois après cet événement. Elle a réapparu, avec une dizaine de kg en moins, sans chaussures.

Je lui ai demandé une fois si elle était rom ou gadjo, ça l’avait fait rire: elle trouvait étonnant que je sois « connaisseuse, pas comme les autres gens ».

Carmen n’est pas un cas unique.

Carmen ne fait de mal à personne. Elle est juste quelqu’un qui a tout perdu et qui s’est fait mener en bateau au moment le plus tragique de sa vie.

Carmen, en venant en France, n’a pas rencontré le bonheur. Si elle ne veut pas retourner en Roumanie, c’est, comme tous les autres migrants, parce qu’elle n’a nulle part où aller, et parce que la honte l’étouffe rien que d’y songer. La France lui aura appris deux choses: que les Roms étaient sympas, et la Peur de l’uniforme.

Comme elle le dit: « en Roumanie personne n’attend rien des policiers, ils cherchent l’argent mais c’est tout, si on en a peu il n’y pas de risque de rien du tout, alors qu’ici en France c’est le contraire« .

Je médite pas mal sur cette dernière discussion que j’ai eu avec elle à la fin du mois de Juin dernier…..

Je ne sais pas où est Carmen.

Je ne sais pas si sa fille est en sécurité, ici ou en Roumanie.

………………………………………………………………………………………………

Bon, je me relis et …… c’est fou ça, c’est plutôt mal écrit, je n’ai pas réussi à mettre une once d’humour….;Mais je veux quand même le publier ce post. Voilà.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :